2/4 : deriveur finn pont bois essence d'acajou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      on continue, de poser les bandes  de fibre de verre tissée 

        

 

 

 

 

 

 

                           etc ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            certaines parties devant être  reprises au mastic sous ligne de flotaison..

 

 

 

 

 

 

 

           mais encore..

 

 

 

 

 

 

 

 

               .  .   .

 

 

 

 

 

 

 

 

                .   .   .

 

 

 

 

 

 

 

        -  il est temps  de passer  les deux couches succesives de primaire époxy et ce, au pinceau , avant  de recouvrir le tout d'un nuage de gelcoat au pistolet basse pression..

  

  

  

   

 

 

 

 

 

 

 

      toute ces opérations se faisant à bonne température et hors poussière bien entendu..

 

 

 

 

 

 

 

      il est alors  temps  de retourner correctement  la coque pour s'attaquer à un truc sympa : le poncage de la coque  ( avant de passer soit une laque ou un gelcoat ) , en ce sens ou il sa'agit d'une opération simple demandant peu d'effort cette fois, surtout  quand on travaille sur un bateau qui a été bien conçu question qualité des matériaux  et  de fabrication sur un dériveur comme  ce  Finn.

 

 

 

 

 

 

 

   - poncage et masticage des rayures , toujours avec le mêm produit de chez Soloplast .

 

 

 

 

 

 

 

 

     rectification des aspérités puis poncage au grain plus fin  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     vue  de l'étrave .

 

 

 

 

 

 

 

 

    - passons directement au laquage avec une  polyuréthane bi-composante d'International.

       

 

 

 

 

 

 

 

 

      la photo parlante d'elle même...inutile de s'attarder !

 

 

 

 

 

 

 

 

       - pour ce résultat là..